Loudéac : le tournoi immanquable !

Publié le par ono6-figs

A l'invitation de nos amis bretons, nous sommes trois poitevins à être allé à Loudéac. La team se compose d'O MARCEAU, A COLTE et votre serviteur.

L'accueil est toujours à la hauteur et c'est une joie de retrouver Marco, Stéphane et Yann. Cette année : petite chambrée. Nous sommes à peine une dizaine à vouloir nous étriller joyeusement. C'est particulièrement dommage car nos bretons fogisant savent recevoir et se plient en 4 pour satisfaire leurs invités.

Franchement, il faut venir à Loudéac, personne ne regrette le détour !

Ce WE sera sous le haut patronnage de Stéphane NORGEOT, notre arbitre local. Cette année, comme il n'y a qu'une seule poule médiévale, je me présente avec des Mamelouks égyptiens. 018

 

Samedi : les débuts

Le premier à se présenter à ma table est notre ami Didier ROBERT, "The Did" avec du Medieval City Leagues German.019

 

Peu de surprises dans la composition de l'armée, il y a du lourd, du très lourd... J'occupe la table en largeur pour m'apercevoir petit à petit que toute l'armée allemande se retrouve dans un petit coin. Une grosse concentration de spears forme un rempart difficilement abordable et les montés légérement en retrait ne sont pas là pour me rassurer . Le petit truc imprévu c'est que la cavelerie adverse sort des rangs plus tôt que prévu, sur mon aile mes LH ne peuvent que freiner. Je rabat aussi vite que possible mes Arisayah (lance/épée) sur la droite car, placés en milieu de table, ils sont un peu loin du lieu de la percée adverse. Heureusement, ils arrivent juste à temps pour "flanker" les montés ennemis.022

Là, notre Did national justifie sa réputation : un BG de montés part impétueux et il se fait contrecharger sur le flanc. Une série de reculs et d'interpénétrations involontaires plus tard, l'aile gauche ennemie se retrouve dans une grande pagaille.

Le match touche à sa fin sur score flatteur en faveur 15-5 et surtout la satisfaction d'avoir un match avec un partenaire des plus agréables.

 

Samedi : deuxième louchée

La poursuite des débats m'ammène à rencontrer Eric LAJUS qui me propose du Condotierre Vénitien. Au menu, de la chevalerie en pagaille, de l'arme lourde, de la spear, de l'archer anglais et de la pique Suisse. Il me faut prévoir l'ouvre-boite....024

 Première surprise : c'est la présence de fortifications de campagne proche de ma zone de déploiement (tout ce qui n'est pas à l'autre bout de la table est forcément trop proche...). La deuxième, c'est que les chevaliers sont juste derrière. L'aile droite ressemble à une division panzer avant l'heure, l'aile droite est faible : des légers et les archers anglais. Mon plan consite à prendre du point sur les légers et contourner par le centre l'aile droite adverse. Le plan fonctionne bien : les mamelouks de l'Emir retardent la progression adverse et harcèlent par le tir le gros du dispositif. Mes lanciers montés s'occupent des armes lourdes, qui craquent, puis des spears débordées et enfin des piques. L'aile gauche adverse croule sous le nombre et les fuites adverses ne sont pas assez rapides. Cette fois, c'est mon partenaire de jeu qui est sauvé par le gong. Encore un peu et le nul très favorable (16-4) aurait pu se transformer en victoire. Mais je m'estime heureux de ce résultat.

 

Enfin, la soirée bretonne concoctée par nos autochtones : un repas délicieux et des conversations tardives qui témoignent de la bonne ambiance qui règne ici. Petite ombre au tableau, notre ami Gillou n'est pas en forme. Sa faconde habituelle nous manque mais il tient sa place au mieux de ses possibilités. Un petit sommeil chez l'habitant pour revenir au ptit matin avec l'excellent café-croissant.

 

Dimanche : ça se corse...

Pour commencer : le local ! C'est notre ami Marco qui va me donner la réplique avec de l'anglais Guerre des Roses. Le fourbe ! (tous ceux qui jouent anglais sont fourbes...)025

 

Je ne vais pas vous parler de sa composition d'armée : je laisse la surprise à ceux qui le joueront plus tard. Mais, je ne m'attendais pas à voir ce que j'ai eu sur la table. Et je me suis retrouvé fort embarrassé. Par quel bout commencer ? Heureusement que les dés ne m'ont pas lâcher, parce que Marco ne m'a pas lâché non plus. Je ne me suis pas senti en sécurité où que ce soit sur le champ de bataille.026 Là où je freinais, la pression était énorme, et là où je pensais faire une percée, la réaction adverse était rapide et ne me laissais pas le temps d'exploiter avec des chances raisonnables de faire mal. Cette fois-ci, j'ai poussé un "ouf" de soulagment lorsque l'arbitre nous indiqua que le temps était écoulé. Résultat injuste pour mon pote Marco et heureux pour moi : 10-10.

 

Dimanche dernière : un tournoi immanquable !

Je ne comprends pas comment, mais, apriori, je me retrouve en tête du tournoi pour la dernière manche. Pour finir, un duel picto-charentais avec notre pote Denis MERCIER "El Presidente". Il est venu avec du Bourguignon médiéval. C'est lourd, ça bouge mal : ça me convient. En plus Denis me réussit habituellemnt. J'aborde cette dernière phase en confiance surtout que Denis n'a pas l'air frais. La preuve :029

 

Son infanterie est moyenne et même les piques sont faibles. Seule la chevalerie est imposante mais non entrainée. J'espère pouvoir la manoeuvrer. Denis forme une belle bulle, ce qui ne me surprends pas. Je me déploie comme prévu et commence à chercher le point faible.032

 Les premiers tours sont conformes à mon idée, les bourguignons progressent lentement. Je prends le temps de faire les manoeuvres adéquates. Et là, sans raison, je change de plan. Ne me demandez pas pourquoi : je ne sais toujours pas ! Denis n'attendait que celà et je viens m'empaler là où il était le plus fort. Le résultat ne se fait pas attendre, mes BG refluent. Après, je tente du n'importe quoi pour redresser la situation, ce qui n'amène rien de bon. Le résultat est sans appel : Denis m'inflige une correction méritée 24-1. Et le tournoi immanquable est devenu un tournoi manqué.

En tout cas, pas manqué pour tout : car le WE a été excellent quant à la qualité et au fair-play de mes partenaires de jeu et quant à l'accueil de nos amis bretons qui ne se dément pas. En plus : du haut de ma modeste 5ème place, je repars quand même avec un BG de LH bow magnifiques, peints par master Marco himself (allez voir son blog pour juger de la qualité de peinture du sieur Merlin).

Venez à Loudéac : vous ne le regretterez pas !

Publié dans FOG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article