Chaniers : c'est le pied !

Publié le par ono6-figs

Le WE des 21-22/01/12 se tenait le traditionnel tournoi de Chaniers, tournoi pour lequel nous éprouvons toujours beaucoup de plaisir à aller.

D'abord parce que l'organisateur, Denis MERCIER, est un hôte on ne peut plus sympathique et parce que l'organisation est toujours nickel : des lieux (spacieux et clairs), le début des hostilités à 12H et le banquet du soir en cuisine maison qu'il ne faut pas rater... Bref : Chaniers c'est du bonheur. Nous sommes donc partis à 4 Poitevins (C ARTUS(Anglo-Danois), A COLTE (Carthaginois tardifs), C MOLIERE(Lagides tardifs) et Ono6(Turcs occidentaux)) plus notre Auxerrois habituel (F VILLAESCULA(Kouchans)).

Pour commencer dans le calme et la sérénité, nous nous apercevons que les Lagides de Christophe M sont restés à Poitiers : la faute à qui ? A ma pomme !. Gros moment de panique car ça fleure bon la cataavant même d'avoir commencé. Mais, notre Denis local va tout arranger en deux coups de cuillères à pot. Christophe va pouvoir défendre ses chances.

Le temps de saluer tous les habitués, Denis nous révèle les appariements.

 

Mon premier partenaire du samedi est notre ami Jean-Marc SIBIRIL, c'est un adversaire de taille (et je ne parle pas qu'en termes de verticalité. Il m'oppose du Carolingien.Ch5

Le déploiement laisse apparaître une longue ligne de cavaliers carolingiens avec les armures et les lances de circonstance. Autant bien profiter de la photo des cavaliers francs parce que les nobles de Charlemagne mettent tous pied à terre.Ch2Il ne reste qu'un peu de Cv et les Bretons alliés appelés pour la circonstances. Le programme devient nettement moins réjouissant avec des Spears sup. Je n'ai pas 50 solutions : je freine à gauche un groupe de Cv et de LH, je tente d'attendrir la ligne de chevaliers à pied au tir avec ma Cv sup. et je vais essayerle débordement à droite. Mais ça ne se passe pas bien. Jean-Marc a bien lu les manoeuvres et me presse au mieux de ses capacités. De plus, mon déploiement à gauche est mauvais : une LH se fait coincer car mal encadrée. Elle tiendra assez longtemps pour ralentir l'aile droite adverse mais c'est deux points offerts maladroitement. Les tirs de mes archers montés sont inefficaces et les quelques tests carolingiens sont réussis.

Mes lanciers rebondissent sur les piétons sans faire la différence... Sur l'aile droite, Jean-Marc a bouché le peu d'espace que j'avais et ça ne passe pas. Deux de mes unités finissent par dégrader et le chrono de l'arbitre sonne la délivrance, je commençais à me retrouver très proches de mes lignes. C'est un 4-0 soit un 13,3 - 6,7 au score. Merci encore à Jean-Marc pour cette partie sérieuse et détendue à la fois où j'ai pu apprendre encore un ou deux trucs. Cela reste le genre de match duquel on peut tirer quelques satisfactions malgré le score. Quoiqu'il dise le contraire, Jean-Marc est un grand joueur.

 

Le deuxième à m'être opposé est Eric CHAMPION(un nom prédestiné ?). Il joue des Huns occidentaux.Ch6

Mon souci va être de ne pas me faire déborder. Je vais donc me déployer sur une ligne exclusivement pour couvrir 1,60m de table. Eric fait de même. Je décide de monterma ligne au plus près de la sienne et de charger tout ce qui est à portée. La plupart de la Cv adverse est "protected", la mienne est "armored". Le contact fait cela deviendra plus facile. J'apprends alors qu'Eric effectue son premier tournoi. Néanmoins, il prouvera dans la partie qu'il a le niveau car il n'a pas fait d'erreur majeure. Pourtant, c'est une armée délicate à manier. Ch9

Je fais donc le pressing. Les tirs adverses sont peu efficaces et, quand ils font mouche, mon général inspiré fait le travail. Sur ma droite, une LH hunnique se fait cueillir par mes archers montés légers. Son cas est vite réglé. L'extrême gauche de ma ligne est plus flottante : mes archers à pied entament le moral d'une LH qui du coup hésite à charger. Puis, ce qui devait se produire finit par arriver : les Huns ratent deux esquives et la brèche se crée. Je continue à presser et les BG adverses finissent par subir le surnombre. Les pertes se précipitent, les bagages sont pris. Mon aile droite se rabat sur le centre adverse qui ne peut que subir. Le score est sans appel : c'est une victoire 25-0.

Ericest un joueur très agréable, ce fut un réel plaisir de joueravec lui. Les capacités qu'il a pu montrer devraient vite le faire progresser.

 

Nous nous retrouvons tous pour la soirée du club autour d'une bonne tablée avec le menu concocté par Denis. Je passerai sur le fait que les quelques bouteilles de Pineau locales ont beaucoup souffert. Encore une soirée à commenter les vieux souvenirs des exploits trop rares et des défaites cuisantes où les dés ne font, décidément, pas ce qu'on veut. Une bonne nuit de sommeil par dessus et l'excellent café-croissant à suivre, nous ré-attaquons la deuxième journée.

 

Ce dimanche matin va me permettre de rencontrer Jean-Yves CASSAS, joueur redoutable et sympathique. Il est venu avec une armée andalouse, ce qui ne m'arrange pas spécialement.Ch10

Il possède beaucoup de cavalerie, il sera difficile de le déborder et son infanterie est un point d'ancrage que je ne dois pas négliger. La partie va se jouer sur mon tiers droit. Je freine sur l'aCh12ile gauche sans trop de dffficulté. Les premiers tours sont occupés à manoeuvrer au plus près de part et d'autre. Jean-Yves a un temps d'avance et tente de perturber ma mise en place en chargeant dès que possible un de mes BG d'Arsiyah (Cvarchère lourde) avec un de ses lanciers montés. Je prends le risque de tenir car le risque de le voir s'enfoncer au centre est trop important. Bien m'en a pris car mes cavaliers tiennent le choc et prennent le dessus à la mêlée au grand désespoir de notre ami Jean-Yves. Les charges se succèdent avec un succès certain, Jean-Yves joue de malchance, les jets qu'il ne faut pas raterpassent à la trappe. Mais M. CASSAS ne se désunit pas, il manoeuvre de manière très fine pour boucher les trous et je ne peux pas exploiter. Il va être très difficile de faire mieux en peu de temps.

L'arbitre met un terme à la partie sur un 6-1 flatteur (13,8-6,2). Merci encore à Jean-Yves qui est toujours aussi agréable à jouer et qui représente pour moi un challenge intéressant.

 

Nous arrivons donc à la dernière manche. J'apprends, avec surprise, que j'occupe la 2ème place et que le 1er est notre grand ami nantais, l'Homme à la Bouffarde : Didier ROBERT. Je vais encore prendre une couche d'Andalous, ce qui n'est pas rassurant.Ch13

La composition de "The Did" est singulièrement différente de celle de mon partenaire précédant. Il y a beaucoup plus d'infanterie. De plus, Didier tente de plomber le terrain avec un maximum de terrain "broken". Je mène un déploiement classique qui consiste à occuper la table au maximum de sa largeur. Mais, je m'aperçoit vite que l'Andalou d'en face n'a pas la même idée.Ch15L'ensemble de ses troupes est concentrée sur un gros quart de la table... Une grosse bulle qu'il va nous falloir percer.

Il me faut d'abord gagner du temps pour deux raisons essentielles :

•  Didier ne va se contenter d'attendre et va essayer une percée en force sur mon aille droite où je n'ai que 2 LH arcs et 1 Arsiyah pour retarder l'échéance

 • Mes Khazars sont vers le centre de la table et je dois dépécher mes généraux pour tenter des marches forcées en pagaille pour les faire revenir là où les hostilités auront lieu. Et, ça va me prendre du temps.

Mes autres troupes vont bloquer tout débordement d'infanterie au cas le coquin de Nantais tenterait quelque chose. Ce derniera bien compris que j'allais chercher les renforts, mes LH placent des tirs plus que gênants : une des Cv andalouse dégrade. Didier tente de dégager mon BG d'Arsiyah qui esquive. Seul problème : les Anlalous impétueux chargent trop loin et présentent leur flanc à mes lanciers revenus du centre du terrain. Le reste s'enchaîne rapidement, La cavalerie arabe subit et recule. Les interpénétrations se succèdent. Didier arrive néanmoins à récupérer in extremis une déroute grâce à un général audacieux. Je n'ose pas tenter un forcing sur la gauche. A la fin du temps imparti le score se stabilise sur un 7-1 (14,2-5,8). C'est toujours un réél bonheur de jouer contre Didier, c'est toujours détendu.

 

Le WE s'achève sur une 2ème place : c'est mon premier podium, je vais donc ne pas cacher ma joie. C'est Xavier PIRON, président de la FFJH, qui remporte la palme.

Les autres Poitevins n'ont pas démérités ; Alexandre COLTE 4ème et Christophe MOLIERE (7ème) en Antique. Christophe ARTUS finit 7ème en Âges Sombres a une place anecdotique et inhabituelle.

Il est évident que nous reviendrons l'année prochaine parce que CHANIERS, c'est le PIED ! 

Publié dans FOG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christophe 02/02/2012 09:04

on verra bien.
pour l'instant, cela commence mal.

christophe 01/02/2012 12:51

Tu sais ce qu'il te dit le bigorneau...
je sais que je pourris les résultats des poitevins mais pour l'instant je fait un sans faute sur les dé pourris
(que ce soit en compétition comme en entrainement).
Je crois que je vais me recentrer sur certaines armées (en clair, du romain et des chevaliers).

ono6-figs 01/02/2012 19:37



Oh ben, c'que j'en dis : des chevaliers avec des dés pourris ça va faire de la tôle emboutie...



Francois 30/01/2012 08:36

Toutes mes Félicitations.
Jacques m' avait dit que tu avait eu un bon résultat (j' avais compris que tu avait largement gagné au moins une partie) et j' attendais avec impatience de te lire.

[b]Question bête:[/b] Est-ce que tu pourrais publier les listes d'armées pour se faire une idée plus fidèle de la composition des forces en présence.

ono6-figs 30/01/2012 20:48



Merci beaucoup. En fait, je serai bien incapable de donner les listes de mes partenaires de jeu du WE, je ne prends pas de note à ce sujet. Mais, l'idée n'est pas mauvaise, ça peut donner
l'inspiration ultérieurement. La question n'est donc pas bête.



ono6-figs 29/01/2012 22:51

C'est que Christophe commence à devenir trop bon, il fallait un handicap !

matsouloulou 29/01/2012 19:45

Tentative de sabotage sur l'armée de Christophe ? c'est pas bien ! ^^

Bravo pour vos palmarés respectif, un bon tir groupé des Poitevins qui deviennent de redoutables tournoyeurs ... malgré la contre-performance du Bigorneau Arthus (car tout le monde le sait, les
habitants du pays de Bigorre sont des ... bigorneaux! ^^)